FAQ - Groupe ADP

 

1. FAQ - Groupe

  • Comment est administré Aéroports de Paris ?

    Depuis le 22 juillet 2005, Aéroports de Paris est une société anonyme à conseil d'administration. Le conseil d’administration détermine les orientations de l’activité de la société et veille à leur mise en œuvre. Il contrôle la gestion de l’entreprise et s’assure de la qualité de l’information fournie aux actionnaires et au marché. 

    Organes d’administration et de direction générale 

    Le Conseil d’administration :
    Depuis le 15 juillet 2009, le conseil d’administration est composé de 18 membres, répartis en trois collèges : six administrateurs nommés par l’assemblée générale des actionnaires, six administrateurs représentant l’État désignés par décret, et six administrateurs représentant les salariés, élus par le personnel. Le Président-Directeur général d’Aéroports de Paris préside le conseil d’administration. Deux censeurs avec voix consultative, nommés par l’assemblée générale, participent également aux séances au conseil d’administration.
    Les mandats des administrateurs et des censeurs, d’une durée de 5 ans, ont pris effet le 15 juillet 2009. En 2017, le conseil d’administration s’est réuni 12 fois, avec un taux de présence de 80 %.

    Les comités spécialisés :
    Trois comités consultatifs concourent à la préparation des décisions du conseil d’administration en émettant des avis : un comité d’audit, un comité de la stratégie et des investissements, un comité des rémunérations. Le Conseil d’administration de la société a constitué Le comité exécutif. Présidé par le Directeur Général délégué, le comité exécutif assure le pilotage stratégique et opérationnel de l’entreprise. Il débat de tout sujet relatif à sa bonne marche et s’assure de l’exécution des décisions. Il se réunit une fois par semaine.



  • Quelle est l'histoire du Groupe ?

    Aéroports de Paris a été constitué sous forme d’établissement public national en octobre 1945, avec une mission de service public d’aménagement, d’exploitation et de développement des aéroports civils dans un rayon de 50 kms autour de Paris.

    Principales étapes du développement :
    de 1945 à 1960 
    de 1961 à 1981 
    de 1982 à 1992 
    de 1993 à nos jours  

  • Quelles sont les principales compagnies aériennes clientes du Groupe ?

    Les plateformes parisiennes accueillent la plupart des grandes compagnies aériennes internationales, dont celles appartenant aux trois grandes alliances SkyTeam, Star Alliance et oneworld. En 2016, 325 villes dans le monde ont été desservies au départ de l’aéroport Paris-Charles de Gaulle et 156 villes desservies à l’aéroport Paris-Orly.

  • Le Groupe ADP est-il un groupe rentable ?

    En 2017, l’EBITDA consolidé du Groupe s'élève à 1 567 millions d'euros. Hors intégration de TAV Airports, l'EBITDA s'élève à 1 287 millions d'euros, en croissance 7,7 % par rapport à 2016.

    Le taux de marge brute (EBITDA/Chiffre d'affaires) consolidé est en hausse de 2,7 points, à 43,3 %.



  • Le Groupe ADP est-il un groupe endetté ?

    Le ratio dette nette/fonds propres s'élève à 70 % au 31 décembre 2017 contre 63 % à fin 2016 1. L’endettement financier net du Groupe ADP s'établit à 3 797 millions d'euros au 31 décembre 2017, contre 2 709 millions d’euros à fin 2016 1.

    1 Pro forma (y compris comptes courants associés et la dette liée à l’option de vente des minoritaires).

  • Quelles ont été les tendances en matière de trafic en 2017 à Paris Aéroport ?

    Sur l’année 2017, le trafic est en hausse de 4,5 % par rapport à 2016 à 101,5 millions de passagers : il augmente de 5,4 % à Paris-Charles de Gaulle (69,5 millions de passagers) et de 2,6 % à Paris-Orly (32,0 millions de passagers).
    Le nombre de passagers en correspondance a augmenté de 1,2 % et le taux de correspondance s’est établi à 23,1 %, en diminution de 0,8 point. 
     

  • Pourquoi une alliance avec Schiphol ?

    En 2008, Aéroports de Paris a signé un accord de coopération industrielle à long terme avec Schiphol Group, qui gère l'aéroport d'Amsterdam. Cette alliance va permettre à l'entreprise d'appréhender au mieux les futurs enjeux du secteur aérien. Elle constitue une initiative stratégique majeure qui devrait produire des bénéfices significatifs dans tous les domaines d'activité du Groupe.

  • Quelle est la politique environnementale du groupe ?

    Le développement durable et le respect de l’environnement sont un pilier de la stratégie de Groupe ADP, qui est pionnier en la matière en Europe. Le groupe s’est engagé dans une démarche volontaire qui va au-delà des contraintes réglementaires auxquelles il doit se conformer. 
    Il dispose d’un pôle « environnement » interne qui assure des missions de surveillance de l’environnement et des études d’expertise et d’ingénierie dans les domaines de la qualité de l’air, des eaux et des sols, ainsi que de l’acoustique, pour tous ses aéroports.
    Le groupe participe aux instances de concertation et communique régulièrement sur ses indicateurs de suivi environnemental. 

  • Quelle est la nature des relations avec l'État ?

    En tant qu’actionnaire majoritaire, l’État approuve les grandes décisions qui sont du ressort de l’assemblée générale (nomination des administrateurs, répartition des bénéfices, distribution des dividendes, modifications des statuts de la société, etc.). 
    En revanche, il n’intervient pas dans la gestion quotidienne qui est confiée au Président-directeur général et à son équipe de direction (comité exécutif).
    L’État joue aussi un rôle essentiel en tant que régulateur : il fixe un cadre législatif et réglementaire aux activités aéroportuaires (transposition des normes internationales, réglementation environnementale) et il intervient dans la détermination de la politique tarifaire du groupe au travers du Contrat de régulation économique. 
     




2. FAQ - Action 

  • Sur quel marché est cotée l’action Aéroports de Paris ?

    L’action Aéroports de Paris est cotée sur NYSE Euronext Paris (compartiment A).
    Elle fait partie des indices SBF 120, CAC Mid 60 et des indices ISR retenant des critères de notation extra-financière « socialement responsables » Aspi Eurozone et ESI Europe. 
    Son code ISIN est FR0010340141. Elle est éligible au Service de Règlement Différé (SDR) et au Plan d’Epargne en Actions (PEA).

  • Quel est le montant du capital et le nombre de titres Aéroports de Paris ?

    Le capital social, d'un montant de 296 881 806 euros est composé de 98 960 602 titres.

  • Où puis-je consulter le cours de l’action Aéroports de Paris ?

    Sur notre site internet www.parisaeroport.fr ou en appelant le numéro vert 0800 101 800.

  • Quels sont les avantages du nominatif pur ?


    Une économie sur les frais de gestion (exemption des frais de garde et de certains frais de gestion courante).


    •  Un accès facile et personnalisé aux assemblées générales.

    •  Une information personnalisée : l’actionnaire au nominatif reçoit ses relevés de compte, ses avis d’opération ainsi qu’un relevé fiscal, ainsi que les informations relatives aux opérations financières menées par le Groupe.

  • Quels sont les avantages du nominatif administré ?

    Les titres continuent à être gérés par l'intermédiaire financier. De ce fait, ils ne sont pas exempts de frais de garde. En revanche, l'actionnaire bénéficie d'un accès facile et personnalisé aux assemblées générales.

  • Quels sont les documents d’information à disposition des actionnaires

    Tous les documents peuvent être téléchargés sur le site www.parisaeroport.fr ou demandés au numéro gratuit 0800 101 800.

  • Comment transférer ses titres au nominatif pur ou au nominatif administré?

    Si vous possédez des titres Aéroports de Paris au porteur, et que vous souhaitez les convertir au nominatif, pur ou administré, vous devez en faire la demande auprès de votre intermédiaire financier qui procèdera à cette opération. Vous pouvez également téléphoner au 0800 101 800 (appel gratuit depuis un poste fixe) et choisir l’option « nominatif ». 
     

  • Peut-on acheter ses titres directement au nominatif pur ?

    Oui. Vous devez vous adresser à BNP Paribas, l’établissement que Groupe ADP a mandaté pour gérer les titres des actionnaires au nominatif pur. Pour cela, appelez le 0800 101 800. 
     

  • Quel est le montant du dividende proposé à l'assemblée générale des actionnaires du 4 mai 2018 au titre de l'exercice 2017 ?

    Le Groupe ADP a pour objectif de pratiquer une politique de distribution de dividendes représentant 60% de son résultat net consolidé, part du groupe*.

    En 2018, l'Assemblée générale des actionnaires a décidé de verser, au titre de l'exercice 2017, un dividende de 3,46 euros par action, dont 0,70 euro par action déjà versé sous forme d'acompte sur dividende le 8 décembre 2017. Le paiement du solde du dividende en numéraire (2,76 euros par action) interviendra le 8 juin 2018, avec un détachement du coupon le 6 juin 2018.

    *Cet objectif ne constitue en aucun cas un engagement de la société. Les dividendes futurs dépendront notamment des résultats de la société, de sa situation financière et de tout autre facteur jugé pertinent.

  • Quelle est la fiscalité des dividendes et des plus-values de valeurs mobilières ?

    Il faut distinguer la fiscalité sur les dividendes de celle sur les plus-values de cession des titres.

    Imposition des dividendes

    Le régime a changé au 1er janvier 2018 avec la mise en place du prélèvement forfaitaire unique (PFU) :
    Les dividendes perçus par une personne physique sont taxés à 30 % avec le PFU qui comprend 12,8 % d'impôt sur le revenu et 17,2 % de prélèvements sociaux ou (en option) soumis à l'impôt sur le revenu après application d'un abattement de 40% et versement de 17,2 % de prélèvements sociaux.

    Si le revenu fiscal de référence du contribuable ne dépasse pas 50 000 euros pour un célibataire, divorcé ou veuf et 75 000 euros pour un couple soumis à une imposition commune, il est possible de demander une dispense du prélèvement forfaitaire de 12,8 %.

    Imposition des plus-values de cession de valeurs mobilières 

    Le régime a changé au 1er janvier 2018 avec la mise en place du prélèvement forfaitaire unique (PFU) :
    Les plus-values de cession de valeurs mobilières réalisées à compter du 1er janvier 2018 peuvent bénéficier du PFU au taux unique de 30 % (impôt sur le revenu et prélèvements sociaux compris, cf. ci-avant).
    Dans ce cas, le taux forfaitaire s'appliquera sur le montant net de la plus-value et aucun abattement pour durée de détention ne sera possible. À noter : la CSG ne sera pas déductible l'année suivante en cas de taxation au PFU.

    Il est toutefois possible d'opter pour l'application des abattements pour durée de détention (et de la déduction de ses revenus de l'année suivante de la fraction de la CSG déductible) en optant pour la taxation au barème progressif de l'impôt sur le revenu.

    Les abattements pour durée de détention ne perdurent que pour les titres acquis avant le 1er janvier 2018


    Pour chaque catégorie de revenus, dividendes ou plus-values mobilières, chaque contribuable devra faire ses calculs afin de déterminer le régime qui lui est le plus favorable (PFU ou taxation au barème progressif de l'impôt sur le revenu).