Nicolas  Godin

© 2015 Camille VIVIER

Après Rone, c'est au tour de Nicolas Godin, moitié du duo Air de la French touch, de venir interpréter l'un des morceaux de son premier album solo, à l'aéroport de Paris-Orly. Retour sur un tournage d'exception avec le musicien français.

Qu'est-ce qui vous a attiré dans ce projet ?

La Blogothèque avait filmé mon premier concert solo à La villa Médicis à Rome en juin dernier, et j'avais envie de rejouer dans un lieu à part, avec eux. L'intérêt d'un projet comme celui-ci, c'est d'immortaliser un moment unique et de pouvoir le partager avec un maximum de gens.

En quoi se produire dans un aéroport est-il singulier ?

C'est un évènement atypique, qui n'a rien à voir avec un concert traditionnel : il n'y a pas de public et ce n'est pas un lieu dédié au divertissement, comme une salle de concerts. Depuis le live de Pink Floyd à Pompéi en 1971, on a compris qu'il y avait une beauté incroyable dans le fait de délocaliser une performance live dans un endroit improbable. C'est un vrai travail d'artiste. C'est une démarche bien plus originale.

Peux-tu nous dire quelques mots sur ton premier album solo, Contrepoint ?

Contrepoint est né d'une envie de donner une version moderne du Clavier bien tempéré de Jean-Sébastien Bach. C'était le concept fort à l'origine de ce projet, mais une fois que j'ai mis le pied à l'étrier, cela s'est transformé en un album dont chaque titre est inspiré par une mélodie de Bach.

Premier album solo Contrepoint disponible (Because Music). En concert à Lisbonne le 28 novembre. nicolasgodin.com



Rone - concert à Paris-CDG