Expositions & Spectacles

Seeds : le spectacle enfantin et merveilleux de Carolyn Carlson

seeds-carolyn« Seeds » de Carolyn Carlson, présenté au théâtre National de Chaillot, est un spectacle de danse magique pensé pour le jeune public, où un petit personnage prénommé Elyx est entouré de vrais danseurs.

La chorégraphe américaine a en effet utilisé ce petit bonhomme dessiné, créé par le créateur graphique Yacine Aït Kaci, pour transmettre une certaine poésie à son divertissement. Il est reconnaissable entre tous, grâce à son buste qui tient en un bloc, et à chacun de ses membres qui est caractérisé par un trait. Sa tête est un cercle percé de deux petits yeux. Sur scène, trois danseurs se retrouvent immergés dans l’univers espiègle de ce protagoniste virtuel. Leurs mouvements se croisent dans un ballet féerique qui émerveillera les plus petits. Carolyn Carlson signe ici encore, une création qui associe le réel et l’imaginaire, jouant avec la danse, le graphisme et la technologie, avec énormément de brio. Un moment qui est à découvrir en famille, avant d’aller visiter la tour Eiffel située à deux pas !

 

 

 

 



« Seeds » de Carolyn Carlson, du 13 au 24 janvier 2016.

Séances à 10 h, 14 h 30, 15 h 45, 17 h et 20 h 45 selon les dates.
Plein tarif : 20 euros / Plus de 65 ans : 15 euros / 18-27 ans : 10 euros / Moins de 18 ans : 8 euros.
Tout public à partir de 8 ans.


Théâtre National de Chaillot

1, place du Trocadéro
75016 Paris
Tél. : +33 (0)1 53 65 30 00
Métro : Trocadéro (lignes 6 et 9) ou Iéna (ligne 9).
theatre-chaillot.fr 

 


Crédit photo : Seeds – Carolyn Carlson – © Frédéric Iovinno

Découvrir le réseau d’eau non potable de Paris

eau-non-potable-eau-d-avenir-pavillon-de-l-eauJusqu’au 16 avril 2016, le Pavillon de l’Eau s’intéresse au réseau d’eau non potable de la Ville de Paris.

Qui en a été l’instigateur ? D’où vient l’eau qui alimente le réseau ? Autant de questions que l’on peut se poser face à l’une des ressources qui permettrait de construire la ville durable de demain. Pour l’anecdote, ce sont 1700 kilomètres de canalisations souterraines qui parcourent Paris. Cette eau est notamment utilisée pour arroser certains parcs et jardins parisiens, ou encore, pour nettoyer les caniveaux. Le Conseil de Paris a confié sa gestion en 2012 à Eau de Paris, qui en assure son entretien et son développement. Suite à la COP21, de nouvelles perspectives d’utilisation de ce réseau sont à l’étude. Il pourrait par exemple devenir une énergie alternative et locale, permettant de faire fonctionner la climatisation ou les systèmes de chauffage d’édifices de la capitale française.

 

 

 

 


Exposition « Eau non potable, eau d’avenir », du 11 septembre 2015 au 16 avril 2016.
Ouvert du lundi au vendredi de 10 h à 18 h.
Fermé le week-end.
Entrée gratuite.

 

Le Pavillon de l’Eau
77, avenue de Versailles
75016 Paris
Tél. : +33 (0)1 42 24 54 02
Métro : Mirabeau (ligne 10).

www.eaudeparis.fr/lespace-culture/pavillon-de-leau 

Crédit photo : Eau non potable – Eau d’avenir – ©eaudeparis

La danse contemporaine sublimée par le Festival Faits d’Hiver

festival-faits-d-hiver-2016Du 13 janvier au 11 février 2016, les amateurs de danse contemporaine vont se donner rendez-vous dans sept lieux parisiens, pour découvrir 11 spectacles dont des créations inédites.

Le Festival Faits d’Hiver ouvrira avec la représentation « Masculines », des chorégraphes Héla Fattoumi et Eric Lamoureux, au Tarmac dans le 20ème arrondissement de Paris. Sept danseuses se relaieront sur scène, au départ lascives et muettes, fidèles à l’image fantasmée de la femme. Puis, au fil du show, elles se révèleront viriles en fumant le cigare ou en effectuant des pompes. Ce tableau questionnera la représentation de la femme et de sa féminité, dans l’imaginaire de l’homme hétérosexuel. D’autres œuvres seront à admirer aux théâtres de la Bastille ou de la Cité internationale, orchestrées par les artistes Camille Mutel, Arthur Perole, Maxence Rey, ou encore, Nans Martin.

 

 

 

 



Festival Faits d’Hiver, du 13 janvier au 11 février 2016.

« Masculines », du 13 au 16 janvier 2016.
Plein tarif : 25 euros / Tarif réduit (moins de 30 ans, seniors) : 16 euros.
www.faitsdhiver.com 

 

Le Tarmac – La Scène internationale francophone
159, avenue Gambetta
75020 Paris
Tél. : +33 (0)1 40 31 20 96
Métro : Saint-Fargeau (ligne 3bis).
www.letarmac.fr  



Crédit photo : Festival Faits d’Hiver – Edition 2016 - Camille Mutel © Nina Flore Hernandez

Bonnes adresses

Baagaa : le nouveau hot spot à burger du 16ème

baagaa-burger

Ouvert il y a quelques mois à peine, le restaurant Baagaa est le nouveau repaire des amateurs de hamburgers.

Idéalement situé à deux pas du Trocadéro, il permet de s’offrir une pause gourmande et revigorante au cœur de l’hiver, entre deux visites culturelles. C’est le Chef Thomas Boutin, du restaurant parisien Le Vieux Crapaud, qui officie en cuisine. Il revisite le burger américain en lui donnant des airs Frenchie, comme avec le « Paname » aux champignons de Paris, Comté, oignons caramélisés, jambon, roquette et sauce ravigote. On fond aussi pour le « Copperfield », à base de pois gourmands, Morbier, tomates confites, sucrine et sauce Philly. Mais la star de la carte demeure le burger au bœuf japonais « wagyu », une viande persillée au goût fondant de noisette et de beurre. Les bêtes sont élevées en France, nourries avec des mélanges de céréales naturels (sans OGM, ni huile de palme). Irrésistibles, les frites sont fraîches, assaisonnées à la fleur de sel de Noirmoutier, et les buns sont réalisés par l’artisan boulanger Jean-Luc Poujauran. En dessert, on se laisse tenter par une glace Pedone, ou par une pâtisserie artisanale signée Rachel’s Cake.

 




Ouvert du lundi au vendredi de midi à 14 h 30 et de 19 h à 22 h 30, le samedi et le dimanche de midi à 22 h 30.
Formule à 15 euros / 12 euros le burger.
Sur place ou à emporter.

 

Baagaa Burger
54, rue de Longchamp
75116 Paris
Tél. : +33 (0)1 85 09 13 30
Métro : Trocadéro (lignes 6 et 9) ou Boissière (ligne 6). 
www.baagaa-burger.com 


Crédit photo : Restaurant Baagaa Burger – Paris – © Restaurant BAAGAA

Pause gourmande chez Krügen

krugen-creperie

Ouverte par Youenn Le Lay et Frédéric Hoffmann, Krügen est une crêperie et épicerie bretonne qui fait beaucoup parler d’elle.

En cause ? Sa décoration moderne avec des planches de surf, des coussins colorés et graphiques, des murs habillés de mots par l’illustratrice Dothy Henriot, et une salle lumineuse et immaculée. A la carte, on se régale avec une crêpe au blé noir, agrémentée au choix, de chèvre, confit de cidre et noix, ou d’œuf, jambon, emmental et poireaux. Il est même possible de concocter sa propre recette ! Krügen propose aussi de découvrir l’une des spécialités culinaires bretonnes : la galette-saucisse. Il s’agit d’une saucisse bretonne entourée d’une crêpe, accompagnée d’oignons, de moutarde, ou de pesto de noisette. Un vrai délice ! Côté épicerie, la boutique vend de la fleur de sel, du vinaigre de cidre, des caramels au beurre salé, des palets bretons, de la confiture de framboise à la violette, des sardines bio et même, de la bière fabriquée en Bretagne.
Ouvert du mercredi au dimanche
Formule midi à 10,50 euros.

 

Krügen
58, rue de la Fontaine au Roi
75011 Paris
Tél. : +33 (0)9 52 29 78 79
Métro : Goncourt (ligne 11) ou Parmentier (ligne 3).
www.krugen.fr 


Crédit photo : Krügen - Crêperie - Paris – © Facebook Krügen

Découvrez plus de bonnes adresses et de sorties parisiennes

    Voir toutes nos sélections