Air France : compensation CO2 en plus, un A380 en moins

 

visu_compensationcarbone

Air France a commencé depuis le 1er janvier à compenser à 100% les émissions de CO2 de ses vols domestiques, et dit adieu à l’un de ses dix Airbus A380.

Comme annoncé en octobre dernier, la compensation des émissions sur les vols intérieurs de la compagnie nationale française ont débuté le 1er janvier 2020 : ses clients « voyageront neutre en carbone » en France métropolitaine pour quelque 450 vols et 57.000 clients concernés chaque jour par la mesure. 

A l'instar d'easyJet qui propose des "vols zéro carbone" grâce à la compensation des émissions avec des programmes accrédités Gold Standard et VCS (Verified Carbon Standard), celle d'Air France prend la forme de six projets certifiés en Amérique du Sud (Brésil, Pérou), en Afrique (Kenya) et en Asie (Inde, Cambodge), tous sélectionnés avec EcoAct, pionnier de la neutralité carbone dans l’hexagone.

Air France et EcoAct développeront en outre deux projets en France, dans le cadre du nouveau label bas carbone. Ce dispositif de compensation volontaire « s’inscrit dans la démarche globale de réduction de l’empreinte environnementale » mise en œuvre par Air France à travers « le renouvellement de sa flotte, ses pratiques de pilotage et son partenariat avec la fondation Solar Impulse pour développer des solutions durables pour l’aviation ». D’ici à 2030, la compagnie de l’alliance SkyTeam vise une réduction de 50% de ses émissions de CO2 au passager/km par rapport à 2005.

L'A380 d’Air France immatriculé F-HPJB semble avoir effectué son dernier vol commercial, AF111 entre l’aéroport de Shanghai-Pudong et sa base à Paris-CDG où il s’est posé le 31 décembre dernier à 5h35 ; le super-Jumbo n’apparait plus dans aucun listing et devrait être rendu à son propriétaire, la société de leasing Dr Peters Group.

 



Toutes les actualités Horizons