Publié le 25/03/2021



Filière hydrogène :
le Groupe ADP lance un appel à manifestation d'intérêt  




Conscient que l'avènement de l'hydrogène devrait révolutionner la manière de concevoir et d'exploiter les infrastructures aéroportuaires, le Groupe ADP a lancé un Appel à manifestation d'intérêt (AMI) pour bâtir une filière hydrogène sur ses aéroports. Le but : explorer toutes les possibilités offertes par ce vecteur d'énergie pour concevoir demain de futurs « hubs hydrogènes » en vue de la décarbonation du transport aérien annoncé pour 2035.




Bâtir et fédérer un écosytème aéroportuaire 


C'est un signal fort à un moment où la question de la décarbonisation du transport aérien s'installe dans le débat public. Intégré dans le programme « Zéro Émission » d'Airbus qui doit aboutir en 2035 à la mise en service du premier avion à hydrogène (court et moyen-courrier), le Groupe ADP, accompagné de la région Île-de-France, via Choose Paris Region, Air France-KLM et Airbus s'inscrit dans une stratégie globale de transition énergétique engagée par la filière aéronautique en France et appuyée par la Commission européenne. Cette initiative d'innovation ouverte constitue un moment fondateur afin d'engager une rupture technologique sur l'ensemble de la chaîne de valeur de l'hydrogène au sein de l'écosytème aéroportuaire.




Hubs H2 : trois grands axes de réflexion


Pour structurer la filière hydrogène aéroportuaire de demain, cet Appel à manifestation d'intérêt international s'adresse à tous les acteurs : grands groupes, ETI/PME, start-ups, sans oublier le monde académique et celui de la recherche. 


Stockage, transport et distribution de l'H2
Sous forme gazeuse et liquide pour systèmes de stockage, la micro-liquéfaction, le ravitaillement des avions...
Diversification des usages de l'H2
Pour les véhicules et engins d'assistance en escale, les transports ferrés sur les aéroports, l'alimentation énergétique de bâtiments ou d'avions lors des opérations en escale…
Economie circulaire autour de l'H2
Autour de la récupération de l'H2 liquide dissipé lors d'un ravitaillement d'avion, de la valorisation en vue de produire de l'H2 décarboné…


Nous sommes prêts, avec nos partenaires, à fédérer un écosystème unique pour rendre possible l'intégration progressive de l'hydrogène sur les aéroports parisiens. Nous devons nous préparer dès aujourd'hui à accueillir l'avion à hydrogène en 2035 en transformant nos aéroports en véritables hubs hydrogène, dans lesquels nous souhaitons développer divers usages, avec nos parties prenantes, autour de la mobilité terrestre côté piste et côté ville. Aux côtés d'autres solutions, comme les carburants alternatifs durables, le déploiement de l'hydrogène vise à accélérer la décarbonation du transport aérien.
Edward Arkwright
Directeur général exécutif du Groupe ADP


11 février 2021 Ouverture des candidatures

26 mars 2021 Fin des candidatures

3 mai 2021 Annonce des projets retenus