Paris-Orly, l'aéroport aux portes de Paris

À 10 kilomètres au sud de Paris, avec 156 villes desservies en 2017, l’aéroport de Paris-Orly dispose d’une importante offre aérienne moyenne et long courrier directe, diversifiée et en constante expansion contribuant à l’attractivité et au rayonnement international de la région sud francilienne.

L’aéroport est doté de deux aérogares de passagers d’une capacité de 29 millions de passagers par an. Paris-Orly est le 2ème aéroport français et le 12ème aéroport européen avec 32,0 millions de passagers accueillis en 2017, en croissance de 2,6 %.

La montée en gamme des infrastructures terminales et services de l’aéroport associée à l’attractivité économique et touristique du bassin sud francilien sont autant d’atouts susceptibles d’attirer de nouveaux services aériens directs et complémentaires de ceux de Paris-Charles de Gaulle notamment vers les principaux marchés planétaires à fort potentiel de croissance (Asie, Afrique, Amériques).

  • 32millions
    de passagers
  • 6,8 %de passagers en correspondance
  • 156villes
    desservies
  • 71postes de
    stationnement
    avions

Siège de près de 28 360 emplois directs, l’aéroport est partie intégrante d’un pôle économique de plus de 157 400 salariés comprenant le marché d’intérêt national de Rungis, la Sogaris (société anonyme d’économie mixte de la gare routière de Rungis) et le centre commercial de Belle-Épine.

 

Paris-Orly, au service des compagnies et des passagers

  • Les principaux atouts de la plateforme

    Paris-Orly possède de nombreux atouts pour répondre aux besoins des compagnies et des passagers. En effet, situé à moins de 15 minutes de Paris, desservi par des réseaux denses de liaisons routières et de transports en commun (RER B et C, Orlyval, OrlyBus, Tramway donnant
    accès au métro, Cars Air France, liaison gare TGV Massy…).

    Paris-Orly est particulièrement attractif pour les passagers de par sa facilité d’accès, son offre de destinations, sa taille humaine et sa proximité de Paris.

    Pour les compagnies, les atouts opérationnels de Paris-Orly sont notamment un temps de roulage moyen inférieur à 6 minutes, des seuils de pistes proches des terminaux et une bonne fluidité en approche.






  • Un trafic origine/destination

    Le trafic de la plateforme Paris-Orly est principalement du trafic origine/destination.
    Cependant, les passagers en correspondance représentent environ 6,8 % du trafic au départ soit près de 1,1 million de passagers en 2017.

    Sur les sept dernières années l’évolution du trafic de l’aéroport de Paris-Orly a été marquée par une croissance constante du trafic passagers et des records historiques de trafic depuis 2013. Il est également constaté un changement de structure avec une forte croissance du trafic européen
    compensé par une baisse du trafic domestique, du fait notamment du plafonnement à 250 000 du nombre de créneaux aéroportuaires attribuables sur une année, ainsi que de l’impact du TGV sur les vols intérieurs, la ligne LGV Sud Ouest a été mise en service le 1er juillet 2017. Cette évolution s’est accompagnée d’une augmentation de près de 22,8 % du nombre de passagers par avion depuis 2009 avec un emport moyen de 140 passagers en 2017 comparé à 114 passagers en 2009. Durant cette période, la taille des modules utilisés sur la plate-forme n’a cessé de croître.

  • Compagnies aériennes et villes desservies

    Les principales compagnies présentes sur l’aéroport de Paris-Orly desservent 156 villes. La répartion est la suivante : Air France (32,5 % du trafic), Transavia.com (14,7 % du trafic), EasyJet (10,4 % du trafic), Vueling (8,7 % du trafic) et Aigle Azur (3,8 % du trafic).


    ORLY-repartition-cies-aeriennes
  • 3 pistes pour un trafic fluide et un temps de roulage réduit

    L’aéroport de Paris-Orly dispose de trois pistes dont la capacité de programmation est de 72 mouvements par heure. Les pistes 3 et 4 1 peuvent accueillir les A380 en déroutement.
    En 2017, l'aéroport Paris-Orly a accueilli 229 027 mouvements.

    L’aéroport dispose de l'ordre de 71 postes de stationnement avions, dont 56 % au contact des terminaux. Le taux de contact 2017 est de l'ordre de 88,6 % au départ.

  • Un bâtiment de jonction pour relier le Terminal Sud au Terminal Ouest à l'horizon 2019

    Véritable extension des terminaux Sud et Ouest de l’aéroport Paris-Orly, la jonction est un nouveau bâtiment de 80 000 m² destiné à l’accueil des passagers. Avec ce bâtiment, l’aéroport de Paris-Orly s’adapte à la demande de ses clients et offre un parcours efficace et une qualité de service aux meilleurs standards internationaux. Sa mise en service progressive est prévue suivant les étapes suivantes :
    - en avril 2018 (une partie de la future salle d’embarquement) ;
    - en avril 2019 (l’intégralité de la nouvelle structure) ;
    - se terminera en 2020 par la rénovation des zones adjacentes des terminaux Sud et Ouest.

    En savoir plus sur le bâtiment de jonction de Paris-Orly

  • Une multiplication des accès à la plateforme renforçant la proximité avec Paris

    La plateforme de Paris-Orly se situe à la jonction des autoroutes A6 et A10 et proche de l’autoroute A 86. Elle est également desservie par le RER combiné avec une ligne dédiée de métro automatique, dénommée Orlyval.

    La ligne 7 du tramway a été mise en service le 16 novembre 2013 et permet de relier directement l’aéroport à la ligne 7 du métro parisien et le futur quartier « Coeur d’Orly » . La phase 2 du projet (prolongation jusqu’à Juvisy) est en cours d’étude.

    Plusieurs autres projets sont actuellement en cours ou à l’étude afin d’améliorer la desserte de la plateforme. Le projet du « Nouveau Grand Paris » prévoit notamment que l’aéroport de Paris-Orly soit desservi dès 2024 par deux nouvelles liaisons : le prolongement de la ligne 14 reliant
    l’aéroport Paris-Orly à la capitale, permettant à terme une liaison en 27 minutes vers la station Châtelet au centre de Paris, ou 40 minutes vers Saint-Denis Pleyel, via un métro automatique et la nouvelle ligne 18 reliant Paris-Orly au plateau de Saclay et à Versailles puis à plus long
    terme à Nanterre. La plate-forme serait alors située à 30 minutes de Versailles (en fonction des arbitrages en cours de l’État).

    Les déclarations d’utilités publiques (DUP) des lignes 14 et 18 ont été obtenues respectivement en juillet 2016 et mars 2017. Les travaux préparatoires ont commencé en 2017.

    Dans le cadre du projet d’interconnexion Sud des lignes à grande vitesse, une gare TGV pourrait également être créée à l’horizon 2030, ouvrant l’accès au vaste réseau de desserte TGV français et européen.

    L’aéroport de Paris-Orly compte environ 14 553 places de parking, dont environ 10 829 situées en parcs proches, au contact direct des terminaux.

  • Programme d'investissements

    Les investissements réalisés en 2017 sur la plate-forme de Paris-Orly sont : la poursuite des travaux  de construction de la jonction entre les terminaux Sud et Ouest, la refonte du processus de départ international au terminal Sud de Paris- Orly, l’extension des aires Golf et la mise en conformité du virage LGNLJS, l’extension du hall 1 du terminal Ouest et la deuxième phase de la rénovation de la piste 4.

    Le programme prévisionnel d’investissements 2016-2020 prévoit notamment :
    - l’achèvement du projet « Paris-Orly Nouvel Envol », dont la réalisation a débuté sur la période du CRE 2011-2015 ;
    - la rénovation de la piste 3.

    Par ailleurs, la plate-forme de Paris-Orly dédie des moyens importants au maintien de son patrimoine, à la robustesse de ses infrastructures et à des opérations de satisfaction client et de développement durable.
  • Contraintes réglementaires

    Le trafic à l’aéroport Paris-Orly est assujetti à deux contraintes réglementaires :

    Couvre-feu quotidien entre 23h30 et 6h00 depuis 1968.
    Limite à 250 000 par an (depuis un arrêté du 6 octobre 1994) du nombre de créneaux de décollage et d’atterrissage (arrêté du 6 octobre 1994 du ministre de l’équipement, du transport et du tourisme). En 2017, le nombre de mouvements d’avions s’établit à 229 027, en diminution de 2,3 % par rapport à 2016.

Presse : A la Une