Publié le 3 décembre 2022



Le Terminal 1 réouvre et dévoile son nouveau parcours passager



Après plusieurs mois de travaux de modernisation, le Terminal 1 a réouvert ses portes aux passagers le 5 décembre 2022. Fermé depuis le 30 mars 2020 à cause de la crise du Covid, sa réouverture s'accompagne du dévoilement d'un tout nouveau bâtiment nodal et d'un nouveau parcours passager, innovant, qui incarnent pleinement les exigences de qualité de service et d'hospitalité du Groupe ADP.





Le Terminal 1, du patrimoine national qui voit le jour en 1974



Conçu à la fin des années 1960 par l'architecte français Paul Andreu, le Terminal 1 est un projet emblématique de l'aéroport Paris-Charles de Gaulle. Inauguré le 8 mars 1974, il est la première aérogare de ce nouvel aéroport situé à 22km de Paris. Un concept original et tout en rondeur, développé à partir d'une réflexion fonctionnelle sur la fluidité du parcours passager, de la séparation des flux, de l'accessibilité en voiture, des nouveaux modèles d'avions et dans un style brutaliste, soit qui fait la part belle aux matériaux dit « brut » tel que le béton.



Tous mes choix ont été motivés par un souci d’efficacité - je voulais construire une machine qui marche bien, qui réponde aux besoins des passagers et des compagnies - mais aussi par un désir de nouveauté. J’étais sensible au sens d’un tel espace. Un aéroport prend toujours une charge symbolique, qui est de l’ordre du passage, de la transformation... comme à d’autres époques, les routes, les ponts, les gares...
Paul Andreu
Architecte du Terminal 1


Dans ce nouveau terminal concentrique, le parcours est extrêmement clair : on monte toujours et on ne descend jamais. Une succession d'espaces laissent passer la lumière, comme le puits central, ou au contraire offre une ambiance tamisée, via notamment des tunnels d'accès à 7 satellites qui gravitent autour du corps central à intervalle régulier. Le tout pour mieux émerger dans la lumière au milieu des aires avions.






La première aérogare de l'aéroport « Paris Nord » en travaux pendant presque 3 ans



Le 30 mars 2020, l'aérogare de l'aéroport Paris-CDG ferme ses portes en raison de la crise du Covid-19. Mais le terminal ne reste pas pour autant endormi. De nombreux travaux de réfection, réhabilitation et de remise en lumière de l'existant sont effectués par les équipes du Groupe ADP. Ainsi, près de trois ans après, le Terminal 1 est de nouveau prêt à accueillir ses passagers


Modernisation du terminal existant dans la continuité de l'œuvre de Paul Andreu





La réouverture du Terminal 1 s'inscrit au cœur de la stratégie du groupe, 2025 Pionners, dont les maîtres-mots sont qualité de service et hospitalité. Elle est marquée par la modernisation du corps central, soit par une cinquantaine d'opérations qui y sont effectuées : revêtement d'un sol en marbre, installation d'éclairages LED, de près de 130 bornes libre-service et de 90 déposes bagage automatique pour 124 banques d'enregistrement multicompagnies, signalétique digitale, nouvelle disposition des files d'attentes passagers, densification et simplification de la frontière internationale, etc. 


Un nouveau bâtiment nodal, fruit de la jonction des satellites 1, 2 et 3



 
Terminak-1-batiment-de-jonction


 
Cette stratégie est également la réflexion d'un tout nouveau parcours passager international dont le point d'arrivée est une nouvelle salle d'embarquement, face au corps central, de 5600m² et qui offre aux voyageurs plus d'espace, de confort et un design rappelant les premières grandes heures de l'aventure aéronautique.

La façade du bâtiment, qui remplace le satellite 2 et qui vient s'accoler au satellite 1 au nord et qui fait la liaison au sud avec le satellite 3, entre en résonnance avec le corps central du Terminal 1 par un double effet visuel : le reflet réel du corps central auquel s'ajoute le reflet virtuel, l'image issue de la sérigraphie sur les vitrages. Ici, le Groupe ADP améliore significativement l'expérience passagers : une seule entrée pour la zone internationale et mise en place d'équipements de self boarding ; création d'espaces de contrôle plus vastes et modernes ; volumes qui mettent en avant la lumière et qui offrent plus d'espaces en salle d'embarquement, plus efficients grâce à un traitement thermique adéquat.

Ces travaux marquent l'achèvement de la première étape de la vision ultime de Paul Audreu, de son vivant, soit la liaison totale entre les 7 satellites originels.

A terme, un redimensionnement des contrôles frontières, actuellement situés au niveau 4 du corps central du terminal, sera mené, avec la création d'un nouveau bâtiment de près de 5 000m², enterré non loin du nouveau bâtiment de jonction.


Cette réouverture marque symboliquement la fin de la pandémie de Covid-19 pour les aéroports parisiens. Nous avons décidé de donner une nouvelle vie à cette infrastructure presque cinquantenaire en modernisant l'existant, en s'inscrivant pleinement dans la filiation de Paul Andreu. Le terminal 1, toujours pionnier, incarne le renouveau de l'accueil et de l'hospitalité sur les plateformes parisiennes, et notamment le meilleur du design et de la culture que nous souhaitons proposer à nos passagers.
Augustin de Romanet
Président-directeur général du Groupe ADP


Une expérience passager aux meilleurs standards de qualité de service, d'hospitalité et de culture



La nouvelle salle d'embarquement est un concept de la marque d'hospitalité du Groupe ADP, Extime. Conçue et imaginée par deux designers français, Maxime Liautard et Hugo Toro, elle offre une expérience de design et d'hospitalité unique. Conçue à taille humaine, elle garantit un parcours maximum de 6 min entre la fin des contrôles de sûreté et la porte d'embarquement.


Inspiré des nouvelles d'Ernest Hemingway, Paris est une fête, le design offre aux yeux des passagers plusieurs éléments iconiques de la vie parisienne : poteaux historiques, luminaires rappelant les feux d'artifice, le laiton en référence aux pieds des comptoirs et tables des bars parisiens.

Côté hospitalité, les espaces d'assises sont hybrides : banquettes droites ou courbées, assises allongées, espaces de travail caractérisés par des voiles de pudeur grillagés placés derrière les banquettes, les tables et les assises, etc.



Paul avait un rapport quasi filial avec le Terminal 1. De manière très prégnante, le Terminal 1 était la matrice du reste de son œuvre. Tout ce qui est le plus important dans tout ses autres travaux y est présent : la courbe, le béton, et également le travail sur le passage. Le passage est symbolisé par cette élévation, ce premier décollage, et puis après par le passage des souterrains pour arriver dans les satellites. On passe sous la terre, on quitte quelque chose pour remonter vers la lumière et vers la destination vers laquelle on va s'envoler.
Nadine Eghels Andreu
Veuve de Paul Andreu


Enfin, l’art joue un rôle primordial dans l'expérience de voyage offerte aux voyageurs. Comme dans tous les terminaux des aéroports parisiens, elle est unique et inattendue, à l'arrivée, comme au départ. Mais avec la réouverture du Terminal 1, elle se déploie pour la première fois dans des espaces d'expositions intégrés dès la conception de l’infrastructure.


A noter, que 3 nouvelles expositions sont à découvrir à l'occasion de la réouverture du terminal, et cela pendant 2 à 3 ans :

Puce-Bleue  Archisable, en zone publique au niveau Départs

Puce-Bleue  La ballade de Paris, par Jean-François Rauzier, dans le tunnel d'accès au bâtiment de jonction

 Puce-Bleue  Paris, les Numéros 1, par Thierry Bouet, dans Satellite 3, au niveau Arrivées.